​​  

 

 

 

                                                                                                         Yanitza Djuric

..."Femmes tronquées, femmes animales, femmes animées, en tout cas d’une puissante vitalité posturale, qui évoquent la grâce, soit, mais aussi le malaise, par ce dévoilement inversé dont elles sont les actrices, comme si elles nous révélaient incidemment cette aliénation d’un corps souvent objet, soumis aux regards, qui ne peut se délivrer de lui-même qu’en se réinventant. Autrement."